Comment protéger votre chien ou votre chat des chenilles processionnaires ?


La chenille processionnaire du pin ou du chêne est un ravageur pour les arbres et un danger pour la santé des animaux de compagnie. Pourquoi cet insecte est dangereux ? Quels sont les risques pour votre chat et votre chien ?

Qu’est-ce qu’une chenille processionnaire du pin ou du chêne ?

Le Thaumetopoea pityocampa est un papillon de nuit originaire d’Europe du Sud. Cet insecte de l’ordre des lépidoptères a tout d’abord renforcé sa présence dans le sud de la France avant de coloniser presque tout le pays. De l’Alsace à la Bretagne en passant par l’Île-de-France, on trouve désormais des chenilles processionnaires du pin dans toutes les régions.

Toutefois, ce n’est pas tant ce papillon qui est redouté, mais sa larve. La chenille concessionnaire du pin présente un dos brun foncé et un ventre jaune. Son corps est entièrement recouvert de longs poils soyeux particulièrement urticants et allergisants. La particularité de ces derniers est qu’ils sont érectiles, c’est-à-dire qu’ils peuvent être projetés dans l’air par la chenille si elle se sent en danger.

A l’automne, les œufs pondus par le papillon éclosent. Les larves tissent alors un cocon en haut d’un pin. Ce nid leur permet d’y passer l’hiver. Au printemps, ces insectes descendent de l’arbre dans lequel elles sont nichées en formant une procession.

En plus de la chenille processionnaire du pin, la France est confrontée à une autre espèce tout à fait comparable, la chenille processionnaire du chêne.

chenille-processionnaire


Quelle est la période des chenilles processionnaires ?

La migration de cet insecte est facilement identifiable car les chenilles se mettent à la queuleuleu et forment une procession.

Les chenilles processionnaires du pin sont principalement observables de janvier à avril. Pour celles du pin, la période s’étale généralement d’avril à juillet.

Où trouve-t-on ces insectes potentiellement dangereux ?

L’aire de répartition de ce nuisible concerne l’intégralité du territoire français métropolitain. La ville comme la campagne n’est pas épargnée. Les chenilles processionnaires sont régulièrement observées dans les arbres des parcs, voire dans le jardin des particuliers.

Chenilles processionnaires : quels dangers pour les chiens et chats ?

Les chenilles processionnaires représentent un véritable danger sanitaire, aussi bien pour l’homme que pour les animaux de compagnie.

Un risque pour la santé animale même sans contact direct

Si elle se sent en danger, la chenille processionnaire projette en l’air ses poils urticants. Très légères, les soies sont transportées par le vent sur des distances relativement importantes.

De janvier à juin, une forêt de pin représente une zone à risque pour tous les animaux de compagnie. S’il est impossible de contrôler les allées et venues de votre chat, vous pouvez en revanche changer le parcours de promenade pour votre chien en évitant les forêts de pins (ou de chênes).

Par ailleurs, même un cocon vide représente un danger pour la santé de votre animal. Celui-ci contient quantité de soies urticantes.

Quels sont les symptômes d’un contact avec des chenilles processionnaires ?

Les chats et les chiens sont des animaux curieux par nature. Ainsi, ils peuvent être tentés de flairer un cocon tombé à terre ou des chenilles processionnaires. Votre Sacré de Birmanie, votre berger australien ou votre labrador retriever peuvent alors être en contact avec les soies urticantes.

Si tel est le cas, la thaumétopoéine contenue dans les poils des chenilles processionnaires provoque une réaction violente. Selon la zone de contact avec cette toxine, des symptômes facilement identifiables se manifestent en une à deux heures :

  • des rougeurs, des brûlures, des gonflements, voire des oedèmes au niveau de la zone de contact (truffe, gueule, patte, etc). Quelle que soit la forme de la réaction, elle s’accompagne systématiquement de douleur ;
  • une inflammation des muqueuses : à cause de la douleur, le chat ou le chien se lèche pour tenter de se soulager. En plus d’être inefficace, ce léchage propage la toxine à la langue puis aux muqueuses. La nécrose de la langue figure parmi les conséquences les plus couramment signalées ;
  • une salivation excessive qui traduit une possible exposition de la langue et de la bouche à la thaumétopoéine ; des troubles respiratoires d’intensité variable selon le degré d’exposition ;
  • des troubles de la vision potentiellement graves : sans intervention rapide d’un vétérinaire pour enlever les poils, les conséquences peuvent être lourdes pour votre chat ou votre chien (glaucome, cataracte, etc) ;
  • un œdème de Quincke : cette réaction inflammatoire rapide provoque un gonflement important au niveau du cou et de la tête. Elle est souvent accompagnée de difficultés respiratoires ;
  • un choc anaphylactique : le risque pour la santé de votre chien ou votre chat est réel. Sans l’intervention rapide d’un vétérinaire, le pronostic vital peut être engagé.

Comment soigner mon animal de compagnie en cas de contact ?

Votre chat ou votre chien présente des symptômes ? Sans attendre, contactez en urgence votre vétérinaire pour obtenir un rendez-vous dans les plus brefs délais.

Une fois le diagnostic posé, le vétérinaire procède en général à l’injection d’un anti-allergique, d’un anti-inflammatoire et d’un antidouleur. L’objectif est d’atténuer rapidement les symptômes de votre compagnon à quatre pattes.

D’autres soins sont possibles en fonction de l’état de santé de votre chien ou de votre chat : nettoyage des zones en contact, mise en observation ou sous respirateur, ablation des tissus nécrosés, etc.

Les frais vétérinaires peuvent être élevés en cas d’urgence. Votre animal peut rester en observation à la clinique et aura un traitement pour soigner son inflammation. En souscrivant à une assurance chien, vos dépenses seront alors prises en charge selon les conditions de votre contrat.

Comment protéger mon chien ou mon chat des chenilles processionnaires ?

La prévention est à ce jour la meilleure façon de protéger votre chat ou votre chien. De janvier à juin, évitez les promenades dans les lieux potentiellement à risque comme une forêt de pins.

En ville, si vous observez un cocon de chenilles processionnaires dans un arbre sur l’espace public (rue, parc, etc), prévenez immédiatement la mairie pour qu’elle fasse le nécessaire.

2 votes

Laisser votre avis sur Comment protéger votre chien ou votre chat des chenilles processionnaires ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message